Chroniques de Lalongue

de 1948 à 1985.

 

Cette période qui sera celle des trente glorieuses verra une profonde modification de la France, avec une croissance forte qui permettra au Pays de se relever des méfaits très importants de la guerre. Elle verra aussi la mort lente de la IVème République, et l'avènement de la Vème. Celle-ci, sous la Présidence de Charles de Gaulle, arrêtera la Guerre d'Algérie et, par des processus d'autodétermination, donnera l'indépendance à la plupart des anciennes colonies françaises.

Pourtant, à Lalongue, dans les registres des délibérations du Conseil Municipal, on ne peut voir aucune trace de tous ces évenements.

 

Le 5 mars 1954 "En accord avec le Président de la société de chasse de Lalongue, après délibération, il a été décidé de payer les primes suivantes aux destructeurs d'animaux nuisibles :

Renards et blaireaux             200 francs,

Rapaces                              100 francs

Pies ou corbeaux adultes      50 francs

Pies jeunes                            20 francs

Oeufs                                  10 francs"

De nos jours, il est difficile d'imaginer une telle décision, n'est-ce pas ?

 

Le 25 mars 1954  Il y avait un moment que l'on discutait sur la nécessité d'installer à l'école communale des toilettes dignes de ce nom.La décision est maintenant prise pour " la construction d'un groupe septique " et Monsieur le Maire demande l'autorisation de "traiter de gré à gré avec Monsieur Garach Emile entrepreneur à Lalongue, lequel a été chargé de ces travaux pour la somme de 282.772 francs". Il n'y a plus qu'à attendre le feu vert de la Préfecture.

 

Le 15 mars 1955   Le Conseil municipal "délibère au sujet d'un terrain qui serait destiné à la pratique des sports et devrait être classé d'utilité publique. Ce terrain se situe à Lalongue attenant à l'ancienne école des filles... Le prix d'achat est de quatre cent mille francs pris sur le budget en accord avec le Receveur municipal."

Ce terrain est le stade de football actuel et n'est pratiquement plus utilisé comme tel. Mais en 1955, où pouvait bien jouer l'équipe de football créée en 1946 ?

 

Le 13 Juillet 1958  "Le Conseil municipal, réuni sur convocation légale, délibère dans la salle habituelle de ses séances au sujet de la réglementation de la vitesse des automobiles dans la traversée de Lalongue. Après échanges de vue, vu que la circulation devient de plus en plus intense et dangereuse, décide l'achat de deux panneaux signalant la vitesse qui seront mis en place par le service des Ponts et Chaussées."

 

Le 17 juillet 1965  La réunion de ce jour "avait pour objet l'examen du projet d'alimentation en eau potable du réseau du Syndicat pour l'alimentation des communes ..." Suit une liste de plus de vingt communes dont Lalongue. Monsieur le Maire "rappelle que, d'après la législation en vigueur, la déclaration d'utilité publique des travaux est indispensable pour autoriser la dérivation des eaux à utiliser et acquérir par voie d'expropriation, à défaut d'accord amiable, les terrains nécessaires à la réalisation du projet..."

L'eau courante et potable pouvait alors commencer à accroitre le confort dans chaque habitation de la commune.

 

Le 5 septembre 1965  Après le service des eaux, on discute du financement nécessaire pour l'installation d'un éclairage public dans le village. Le montant, à la charge de la commune "est évalué à 6000 francs environ" et le financement pourrait "être assuré au moyen d'un emprunt à réaliser et subventionné à 50% par le département". L'emprunt sera fait auprès de la Caisse des Dépôts de Garlin au taux de 5%.

 

Le 25 Octobre 1968   Lalongue semble être soumis aux tracas du traffic routier et du stationnement des automobiles ; et "considérant que la largeur de la chaussée du chemin départemental n°104 d'une part et le volume de la circulation d'autre part, ne permettent pas le stationnement des véhicules sur les deux côtés de la chaussée," on va décider que "dans la traversée de l'agglomération de Lalongue ... la durée du stationnement est limitée à 30 minutes" et que des panneaux "seront implantés à l'entrée de la zone de stationnemnt réglementée."

Qu'en fut-il? En tout cas, il n'en reste rien.

 

 

Le 23 mai 1976  Les Télécomunications de la Région Aquitaine "recherchent un local de 6 m² environ à Lalongue à proximité de la Mairie ou de l'école pour y construire un petit bâtiment destiné à recevoir les équipements nécessaires à l'automatisation du réseau téléphonique. La commune n'ayant aucun local disponible pour de telles installations, il a été convenu que sur un terrain communal non loin de la Mairie, il serait mis gratuitement à leur disposition la surface nécessaire à la construction de ce bâtiment qui peut être considéré d'utilité publique."

Celui-ci sera construit à l'emplacement où nous pouvons le voir actuellement; et il est bien situé tel que le désiraient les Télécommunications Aquitaine.

 

Regroupement des écoles de Lalongue et Simacourbe.

 

Le 3 juillet 1983 "Monsieur le Maire expose à l'assemblée qu'il s'avère indispensable et qu'il conviendrait d'envisager la restructuration pour un regroupement pédagogiqueentre entre la commune de Lalongue et la commune de Simacourbe... Qu'il conviendrait d'acheter en commun un moyen de transport pour assurer les déplacements".

 

Le 27 avril 1984  "Pour faire suite à différentes réunions d'information pour la restructuration des deux écoles, les Conseils Municipaux de Lalongue et de Simacourbe se sont réunis en Mairie de Simacourbe sous la présidence des deux Maires... Les deux Conseils pensent que plusieurs réunions seront nécessaires avec les enseignants, les parents et futurs parents des élèves des deux communes pour régler tous les problèmes".

 

Le 18 juillet 1984  Maintenant que la décision est prise de regrouper les écoles des deux communes, se pose un nouveau problème dû à l'éloignement de certains enfants de leur famille entre midi et 14 heures. Alors "le Conseil Municipal de Simacourbe décide d'aménager une cantine pour assurer les repas des élèves des deux communes". Lalongue prend la même décision. Et "après l'étude de plusieurs devis, le montant des travaux s'élève à la somme de cent mille francs... Le Conseil Municipal décide de faire exécuter les travaux pendant la période des vacances scolaires".

 

Le 5 septembre 1984  Et encore un problème à régler, le transport des enfants entre les deux communes. Celui-ci bien qu'ayant été évoqué en juillet 1983, n'avait toujours pas été réglé. Ainsi les deux Conseils Municipaux sont donc de nouveau rassemblés et "après délibération, sollicitent auprès du département l'allocation des subventions prévues et demandent aussi que soit pris en compte le transport de midi afin de permettre aux enfants de prendre leur repas".

 

La MAISON POUR TOUS.

 

Le 10 mai 1978  Il est pour la première fois évoqué la possible construction d'une salle des fêtes à Lalongue. Monsieur le Maire, Paul Janvier, propose comme emplacement les parcelles cadastrales "du lieu dit la Carrère sections AE 122, 123, 124, d'une contenance de 72 ares 70 appartenant à Lussia Pierre" (ces parcelles sont devenues partiellement le parking du restaurant Larrieu), ou encore "les biens inscrits au nom de Monsieur Dezert Jean, lieu dit le Village AK 43 contenant 59 ares" (près de l'école des garçons). Ce projet n'eut pas de suite.

 

Le 19 mai 1983  "Monsieur le Maire rappelle à l'assemblée qu'elle a débattu à plusieurs reprises de l'opportunité de la construction d'un foyerd des jeunes."

A la demande du Maire, un dossier a été fourni par le bureau d'aide technique du Syndicat de Communes.

"Il ressort du dossier qui lui a été remis que le coût de la construction s'élèverait à 455.000 francs H.T." Le dossier est accepté et est adressé à la Préfecture. Dans le compte rendu, il n'est fait aucune mention de la localistion de la future bâtisse.

 

Le 12 mai 1984  Après de nombreux débats non officialisés, on reparle d'un "Foyer des Jeunes", maintenant rebaptisé "Maison Pour Tous".Ce projet fut l'occasion de profondes divergences au sein du Conseil Municipal.

Ainsi "sur la demande de la Majorité du Conseil Municipal... lors d'une réunion précédente Mr Le Maire n'ayant pas voulu prendre de délibérations, étant mis en minorité pour son projet... Mr Lasserre présente un nouveau projet Maison  Pour Tous qui s'élève à 340.000 francs." On charge alors Mr Lasserre de prendre contact avec l'architecte.

Mais Mr le Maire ne l'entend pas de cette oreille. Il prend alors une plume nerveuse pour expliquer son point de vue. "Mis en minorité par l'ensemble du Conseil Municipal, Monsieur Artigue et moi-même nous ne prenons pas part au vote et nous refusons catégoriquement le projet qui ressemble à tout sauf qu'à un (Foyer

pour les Jeunes) ou une (Maison Pour Tous)... Je tiens à préciser que le premier projet date de février 1982... Trois esquisses de projet ont été présentées...

L'une était trop petite pour une salle polyvalente, la seconde avait trop d'architecture et trop compliquée, enfin la troisième a été acceptée par la Direction Générale des Sports malgré son architecture qui sort de l'ordinaire d'un hangar agicole et a fait l'objet d'un permis de construire accepté par la Préfecture ".

Mais le devis était lourd, 600.000 francs dont 450.000 à la charge de la commune. Les sages du Conseil Municipal ont donc vite tranché pour une bâtisse plus simple et somme toute bien suffisante pour notre petite commune. Nous avons donc hérité d'un bel HANGAR AGRICOLE.

 

 

Retour aux pages d'histoire de Lalongue...............

-Histoire locale