Chroniques de Lalongue

de 1923 à 1950.

 

Cette période voit l'apparition de l'aviation commerciale et un fort développement de l'automobile, du téléphone et de l'usage de l'électricité. Mais c'est aussi la grande crise économique de 1929 et l'avènement du fascisme dans plusieurs pays européen. En France, suite à l'instabilité des gouvernements, on voit aussi une poussée des extrêmes (les Croix de Feu) et bien sûr l'arrivée au pouvoir du Front Populaire. Mais malgré des tractations ambigües avec Hitler, la  guerre est déclarée alors que la France n'y était pas vraiment préparée. C'est l'invasion de la France , la Résistance interne qui s'organise et se bat, puis enfin la Libération.

 

Le 13 mars 1923  On pourrait peut être considérer ce jour comme le début d’une ère nouvelle pour Lalongue. En effet, ce jour là, on discute pour la première fois d’une possibilité d’électrification de la commune. Et Monsieur le Maire « donne lecture de la lettre qu’il vient de recevoir à cet effet du Comité d’Organisation composé des Conseillers Généraux et d’Arrondissement des cantons  de Garlin et de Lembeye ». Dans cette lettre il est question de créer un Syndicat qui aurait comme tâche « de distribuer l’électricité pour tous les usages sur le territoire du Syndicat, de défendre les intérêts et les droits des communes adhérentes vis-à-vis de l’exploitant  et de tous les industriels de l’électricité, de s’assurer tout concours technique ou contentieux relativement à la question de l’électricité ».

 

 

Le 20 juillet 1928  Comme souvent, les bonnes idées prennent leur temps pour devenir des réalités. On n'avait plus entendu parler de l'électrification du village depuis cinq ans; il est alors question « d'examiner une demande de subvention annuelle faite par le génie rural en vue de l'électrification de la commune ». Le dossier n'est donc pas enterré.  

Le 25 janvier 1929  Il semble enfin que les dossiers avancent. Monsieur le Maire « a été saisi par Monsieur le Président du syndicat d'électrification de la Région Nord de Pau de la demande de concession de distribution d'énergie électrique présentée par la Société d'Equipement des Voies Ferrées et des Grands Réseaux Electriques ». Ce dossier contient :

1 - Une carte.

2 - Un mémoire descriptif de la distribution.

3 - Les clauses essentielles du cahier des charges.

Tel qu'il a été étudié, le dossier est soumis à une enquête.

  

Le 13 mars 1929   Il semble que le dossier ait été accepté. Il y a quand même un point sur lequel le Conseil aimerait se faire entendre, «  il émet le vœu que les poteaux des fils distributeurs soient placés du côté droit de la route de grande communication N°4 allant de Castetpugon à Simacourbe ».  

Le 1 septembre 1929   On «  nomme les délégués de la Commune pour le Syndicat d'Electrification et choisit Mrs Loustalan  et Lastinère ».  

 

Le 8 Janvier 1932   Décidemment le progrès fait son chemin à Lalongue. « Monsieur le Maire, sur demande d'un certain nombre de ses administrés, soumet à l'approbation du Conseil une demande d'autorisation d'installation du téléphone pour la commune. Le Conseil, après avoir examiné de très près la question, considérant que le dit téléphone serait d'une grande utilité pour la commune, que, si on veut téléphoner actuellement, on a à faire un assez long parcours et qu'on s'en servirait beaucoup plus souvent qu'on ne le fait, émet le vœu et prie Monsieur le Préfet de donner l'autorisation pour la dite installation ».  

 

Le 4 février 1932   Pour une fois, la Préfecture n'a pas été longue à réagir. « Mr. le Maire donne lecture d'une lettre du Directeur des Postes et Télégraphes du Département des Basses Pyrénées ». Suite aux conditions précisées dans cette lettre, « le Conseil approuve la prise en charge par la commune de la garantie d'intérêts de l'avance qui sera faite à l'Etat par la Chambre de Commerce de Bayonne pour l'installation d'une cabine téléphonique à Lalongue reliée au réseau général depuis la date du versement des fonds de l'Etat jusqu'à celle du remboursement du prêteur ».  

 

Le 25 Janvier 1934   Jusqu'à ce jour, il n'a jamais été fait mention d'une quelconque installation d'une cabine téléphonique à Lalongue. Toujours est-il que ce 22 janvier 1934 « Monsieur le Maire communique au Conseil un projet de ligne téléphonique demandée par Mr. Bleu, négociant en la commune, lequel s'engage à assurer le service de poste pour le public, sans aucune restriction, pendant les heures d'ouverture du bureau auquel il est relié.

Le Conseil, après en avoir discuté et vu l'utilité du projet, donne un avis favorable à la demande de Mr. Bleu visant la concession du poste. Le montant des redevances annuelles d'abonnement est de 335 francs ».  

 

Le 5 août 1939   La guerre menace, Hitler s'est emparé des Sudètes en Tchécoslovaquie et de la Bohème Moravie... tout semble s'emballer. Quelques demandes d'allocations militaires sont faites par des familles de Lalongue. Ainsi, après avoir examiné le cas de Capéraa Clément, « le Conseil, après en avoir délibéré, a aussi statué sur une deuxième demande d'allocation militaire avant incorporation formulée par le nommé Routis J. Baptiste pour son fils Jean ».  

 

Et puis c'est la guerre pendant laquelle le registre n'est plus rempli. Pourtant il s'est passé de graves évènements dans la commune et les communes avoisinantes : l'arrivée des réfugiés, la Résistance très présente, les méfaits de certains miliciens, les coups de mains des Résistants contre les Allemands et ceux des Allemands envers les Résistants, sans parler des représailles. Nous parlerons plus particulièrement de certains événements passés à Lalongue dans une page spéciale qui leur est consacrée "Un certain juillet 1944".  

 

 

 

 

Guerre

1939 - 1945

 

Morts

pour

la France

 

Lacoste-Chapeu Jean Marie     30 mai 1940

Menou Jean                                 9 juin 1940

Soubirou Joseph                       3 juillet 1944

D'Elbée Philippe                   13 janvier 1945

Lamarquette René                      1 avril 1945

Le 28 novembre 1946   Lalongue se met au football. L'Avenir Sportif Lalongais (société officiellement reconnue le 22 janvier 1945) a fait la vaine demande d'achat à l'amiable auprès de Mr Gaye Cular de Simacourbe d'un terrain de 65,40 ares pour en faire un espace scolaire et sportif. Mais malgré les pressions exercées par le directeur départemental de l'éducation physique ainsi que des édiles locales, « le propriétaire a répondu qu'il préférait plutôt s'exposer à une expropriation qu'à un arrangement à l'amiable ». Alors, aux grands maux, les grands remèdes, « le Conseil, ne voulant pas procéder à l'expropriation, demande la réquisition du dit terrain pour une durée illimitée ». Le Directeur départemental aux sports donna un avis favorable. Mais, « ce terrain resté longtemps en nature de pré » fut « labouré par le propriétaire ». Que c'est sympatique!

   

le 13 décembre 1947   C'est le début des recherches pétrolières dans notre région. Ainsi peut-on apprendre que dans l'école des filles « la salle de classe est habitée par une famille de soudeurs sur convention verbale entre la municipalité et la société S.N.P.A. ».

De même il est question de chemins très abimés par le trafic routier important des véhicules de la S.N .P.A.; entre autre, le chemin dit de Larribérette « descendant vers Vialer et desservant le puits de forage de pétrole de la S.N .P.A. ».

Malheureusement pour la commune, les forages réalisés sur son territoire se révélèrent improductifs, contrairement à ceux de Vialer et Burosse, communes limitrophes.

 

Retour aux pages d'histoire de Lalongue...............

-Histoire locale