Chroniques de Lalongue

de 1799 à 1814.

C'est la période Napoléonienne.

Petits rappels historiques sur cette période qui va de la fin de la Révolution Française jusqu'au retour de la Royauté.

Le Consulat va du 9 novembre 1799 au 18 mai 1804 (C'est la Constitution de L'an VIII).

Le Premier Empire va du 18 mai 1804 au 6 avril 1814 (jour de l'abdication de Napoléon avant son exil à l'île d'Elbe).

 

Maintenant les Maires ne sont plus élus par les citoyens actifs de la commune mais sont directement nommés par le Préfet du Département.

 

18 prairial an VIII (8 juin 1800) Nomination du Maire, Mathieu Loustalan.

"Le dix et huit prairial an 8ème de la République française, en la commune de Lalongue et dans l'endroit usité des assemblées, par devant nous Pierre Poulit adjoint municipal de la dite commune, se sont présentés les citoyens Loustalan et Cabé du même lieu qui ont dit qu'une Commission émanée du Préfet des Basses Pyrénées en date du 8ème du mois courant et qui porte nomination en leur faveur pour avoir à remplir , savoir le citoyen Loustalan la fonction de Maire et le citoyen Cabé celle d'adjoint...

En conséquence, lecture faite de la Commission et de la lettre qui en accompagne l'envoi  et le préalable serment individuellement prêté en nos mains par les dits Loustalan et Cabé, il demeure constaté que je (Pierre Poulit) discontinue dès ce moment les fonctions d'adjoint municipal et que les citoyens Loustalan et Cabé sont et demeurent installés pour avoir à remplir chacun en droit les fonctions que la loi leur a attribuées ..."

 

Ci-contre : Napoléon Premier Consul.

PICT0030.jpg (109038 octets)

 

 

6 Pluviôse an X. (27 janvier 1802) Usurpation de Terrains.

Liste des citoyens qui ont usurpés du terrain au chemin publique le long de ses possessions.

1 - Le citoyen Terrade.

2 - Le citoyen Barrieu dit Paloque.

3 - Le citoyen Barrieu.

4 - Le citoyen Tailleur.

5 - Le citoyen Grangé.

6 - Le citoyen Vendiller. ?

7 - Le citoyen Jouandelom ?

8 - Le citoyen Bregue.

Tous les susdits ont été invités par nous Maire et Adjoint de rendre au chemin publique toute l'étendue de terrain qu'ils y ont usurpée et ce dans un délai d'une décade à compter de ce jour et, faute pour eux d'y obtempérer dans ce délai, il en verra dresser procès verbal et envoyé au préfet de l'arrondissement de Pau.

Lalongue le 6 pluviôse an 10.

           Loustalan Maire.

 

Comme on peut le voir, l'histoire se répète.

 

 

19 prairial an XI (5 juin 1803). Retour du clergé.

"L'an onze de la République française et le dix et neuf prairial, les membres composant le Conseil Municipal de la commune de Lalongue se sont réunis ... Il a été fait lecture d'un arrêté du gouvernement en date du 7 ventôse dernier et ensemble d'une lettre du Préfet en date du 18 germinal suivant qui en accompagne l'envoi lequel porte que le Conseil Municipal doit délibérer :

1 - Sur l'acquisition, location ou réparation des bâtiments destinés au culte.

2 - Pour la réparation des presbytères.

En conséquence, le Maire a mis sous les yeux du dit Conseil l'arrêté dont il s'agit et leur a fait connaître ensuite qu'il doit s'occuper immédiatement de son exécution; voyant que la commune possède un édifice destiné au culte qui a été nouvellement construit et qu'icelui est des plus brillants et fort vaste et spacieux, il se trouve qu'une réparation y serait strictement nécessaire à la toiture et que cette réparation pourrait s'élever  à la somme de soixante francs et qu'il serait d'avis qu'une délibération fusse envoyée au Préfet pour demander de vouloir nous autoriser à prélever sur la commune la dite somme au marc le franc (proportionnellement) ou comme il serait par lui ordonné pour être ensuite employée à la réparation dont il s'agit ..."

 

Signature du Concordat.

Cet arrêté dont il est question et les décisions qui ont été prises sont le résultat de la signature du Concordat entre le Gouvernement français et le Pape Pie VII le 23 fructidor an IX (10 septembre 1801). Dans ce Concordat, l'article 12 stipulait que "toutes les églises métropolitaines, cathédrales, paroissiales et autres non aliénées, nécessaires au culte seront remises à la disposition des évêques". L'article 72 précise que "les presbytères et leur jardins seront rendus aux curés". Mais avant l'application de cette loi, il avait fallu renommer les évêques et redéfinir les diocèses ... Que de temps!

 

PICT0036.jpg (239762 octets)

Le 12 fructidor an XI (31 août 1803) Oh, les voleurs !

"Le Maire de la commune de Lalongue, ayant été instruit que des personnes se permettent d'entrer dans les vignes d'autrui pour y voler des raisins et d'autres fruits s'il en existe et voulant mettre un frein à telle dévastation qui est ici commune, fait inhibition et défense à toutes personnes, quelles qu'elles soient, d'entrer dans les vignobles d'autrui partant de ce jour et jusqu'à ce que la récolte du vin soit ramassée, à peine contre les contrevenants à la présente ordonnance d'être poursuivis et punis suivant les rigueurs de la loi du 6 octobre 1791 et dénoncés au substitut ...

La présente ordonnance sera lue au sortir de la messe paroissiale de cette commune et affichée à la porte de nos séances ainsi qu'à celle de l'église du dit lieu de Lalongue; ordonne en outre que tous les propriétaires qui ont des chiens les tiendront attachés jusqu'après vendanges afin de les empêcher de s'introduire dans les vignes pour y manger du raisin, permettant à tout particulier de tuer les dits chiens dans la vigne où ils seront rencontrés et non ailleurs.

Donné par nous Maire de Lalongue ce 12 fructidor an 11 de la République française."

 

Plusieurs remarques s'imposent :

     - Le culte catholique est vraiment de retour dans la commune, la messe paroissiale est célébrée normalement et la porte de l'église retrouve son rôle de panneau d'affichage.

    - Il est difficile d'imaginer de nos jours une telle efficacité pour régler le problème des chiens errants, à méditer.

 

Le 25 prairial an XIII (15 juin 1805)  Autorisation de port d'arme.

"Boniface Louis André Castellane, général de brigade, membre de la légion d'honneur, Préfet du département des Basses Pyrénées.

Vu la demande en permis de port d'arme du citoyen Cabé fils 1er né Jean fils de propriétaire rural domicilié à Lalongue, âgé de vingt huit ans, taille de un mètre 674 millimètres, cheveux châtains, sourcils châtains, yeux châtains, front beau, nez bien fait, bouche ordinaire, menton rond, un peu relevé, visage demi plein et taché de vérole ... Nous l'autorisons à conserver chez lui et à porter des armes non prohibées pour sa sûreté personnelle et la conservation de ses fruits ..."

 

A la même époque, on retrouve les mêmes autorisations pour Cabé fils 2ème né, Jean Berdalle, Pierre Berdalle fils, Jean Terrade. Au passage, remarquons que faute de photographie, on décrivait au mieux chaque personnage.

 

 

C'est à cette époque que disparaît l'usage du calendrier républicain.

 

 

Le 1er Janvier 1808.

Mathieu Loustalan est confirmé dans son rôle de maire et Pierre Poulit dans celui d'adjoint et tous les deux ont prêté le serment prescrit par la loi.

 

Le 12 mai 1808.  Dépenses prévues au budget dont suivent les articles qui m'ont semblés les plus intéressants :

- Rétribution du secrétaire, 28 francs.

- Piéton, 24 francs. (en quelque sorte c'est le facteur)

- Logement du desservant, 75 francs. (le curé)

- Traitement ou supplément du traitement du Curé desservant, 150 francs...

 On peut y remarquer que le curé du village, conformément au concordat de 1801 est logé et rémunéré tout ou en partie par la commune.

 

De 1806 à 1814, les jeunes hommes de Lalongue ne sont pas exempts du service aux armées.

 - Fin 1806,  "Sous l'autorisation du ministre de la guerre, accordons un dispense définitive de service au sieur Soubirou Jean conscrit de 1806, natif de Lalongue Département des Basses Pyrénées, taille un mètre 363 millimètres ... Lequel n'a pas la taille requise par la loi".

 - 14 avril 1811 "Pierre Berdalle dit Grilhou de la commune de Lalongue dont le signalement suit est autorisé à se retirer dans la commune jusqu'au tirage au sort de la classe 1812 pour laquelle il s'est engagé à prendre un numéro".

 - 17 Juillet 1811 "3ème Régiment d'Infanterie légère, 2ème bataillon, 2ème compagnie.

Il est ordonné au nommé Joseph Galant, natif de Lalongue, département des Basses Pyrénées, d'aller dans sa famille. Il lui est enjoint de se rendre au passage de Bayonne le 26 juillet 1811."

 

 - 22 août 1812  "Devant nous Maire, s'est présenté le sieur Maurice Etienne Bacarisse fils 1er né âgé de dix et neuf ans, né à la présente commune le 30 décembre 1792 ...

Lequel a déclaré s'enrôler volontairement pour servir dans le 8ème Régiment de hussards à cheval...

Nous lui avons délivré un ordre pour se rendre auprès de Monsieur le Commissaire des Guerres à Pau, à l'effet de lui délivrer une feuille de route pour rejoindre ce Corps et avons signé, avec le dit Bacarisse fils et Bacarisse père consentant, l'engagement de son fils".

 

Ci contre le premier sceau de Lalongue et que j'ai trouvé au bas de cet article.

 

 - 22 janvier 1814  " Lalanne, Colonel Commandant, certifie que le nommé Bernard Moulat natif de lalongue, canton de Lembeye, département des Basses Pyrénées, grenadier à la 4ème Compagnie de Grenadiers du 1er Bataillon des Gardes Nationaux d'élite du dit département ... mourut à Mindioule où il fut inhumé et que cette commune étant en ce moment aux mains des ennemis, le décès ne peut légalement être constaté par un acte de mort. Le présent certificat est délivré pour servir et valoir ce que de raison".

La France du nord-est était envahie et pendant ce temps là, à Lalongue, la vie suivait son cours.

20 juillet 1813 Nomination d'un nouveau Maire, Jean Berdalle dit Grilhou.

"Département des Basses Pyrénées, à Pau le 20 septembre 1813.

Nous, Baron de l'Empire, Auditeur au Conseil d'Etat, Préfet de Basses Pyrénées...

procédant au renouvellement quinquennal des Maires et Adjoints des communes du Département au dessous de 5000 âmes ... Nommons le sieur Berdalle dit Grilhou (Jean) pour remplir la fonction de Maire dans la commune de Lalongue et le sieur Lanusse (Bernard)pour remplir celle d'Adjoint". A la suite de quoi, "ils prêtèrent serment en ces termes:"Je jure obéissance aux Constitutions de l'Empire et fidélité à l'Empereur".

 

C'est la fin du règne de Mathieu Loustallan.

Alors qu'à Lalongue, les soucis de certains et les nominations d'autres personnes à des postes subalternes occupaient la Municipalité, L'Empereur s'apprêtait à abdiquer.

 

 

 

21 mars 1814, Démission d'une cabaretière.

"...devant nous Maire ... est comparue la veuve Raymond Saint Paule cabaretière ou débitante de vin en détail à pot et à pinte, laquelle nous a dit que la présence de l'armée française lui a enlevé tout le peu de vin qu'elle avait pour son débit et conséquemment nous a fait sa démission de la dite profession ..."

 

 

 

 

27 mars 1814, nomination de trois marguiliers.

"En la commune de Lalongue et à l'issue de la messe paroissiale, il a été procédé par Monsieur le Maire et Monsieur  Lafargue Désservant de cette commune, à la nomination ... des sieurs Jean Capdeville, Jean Latisnère cadet et Pierre Castagnet pour remplir la dite fonction comme étant reconnus catholiques et de bonne vie et moeurs ..."

Ces personnes étaient chargées de l'entretien et de la gestion des biens de l'église; ils faisaient aussi office de sacristain. Comme on peut le lire, le curé de l'époque était un nommé Lafargue.

 

 

 4 avril 1814, abdication de Napoléon et fin de l'Empire.

 

 

 

Retour aux pages d'histoire de Lalongue..................

-Histoire locale