De Lalongue à Saint Jean Poudge.

 

A - Départ du point A et descendez la côte de Layane jusqu'à la route de Gayon..

C - Arrivé à la route de Gayon, prenez à gauche et suivez la route jusqu'au chemin de Larriberette qui s'ouvre devant vous à 100 metres environ.

D - Lorsque vous arrivez au bout de ce petit chemin, prenez légèrement sur votre droite le chemin de Vialer que vous suivrez jusqu'à ce village.

E - Arrivés à Vialer traversez la place en laissant l'église sur votre droite, puis empruntez le chemin de l'église jusqu'au point F qui se trouve peu après le carrefour situé près des  puits de pétrole.

 F - Alors continuez et passant devant les habitations de Cerisère vous trouverez un chemin empierré , le chemin Carly, que vous suivrez jusqu'à la route D219 venant de Cadillon.

G - Alors prenez à droite et très rapidement à gauche pour suivre le chemin Barrère qui vous conduira au centre du village.

Vous pourrez alors tout à loisir visiter l'église et son environnement immédiat. Il y a même des bancs pour souffler un peu.... Mais il faudra bien revenir.

 

H - Rejoignez alors le point H où vous retraverserez la D219 pour prendre un chemin empierré dit chemin de Vialer.

I ou F - Ce petit chemin vous ramène près de puits de pétrole; vous reprendrez un court instant le même parcours qu'à l'aller jusqu'au point J.

J - Là, prenez à droite le chemin du Centre en direction de l'ancienne ferme Jegun. Il n'y aura plus qu'à suivre ce chemin avec ses bonnes côtes jusqu'au point K qui est la jonction de ce chemin et de la route D104 qui vous ramenera à Lalongue.

 

A votre retour vous aurez fait environ 15km... Bon courage.

 

Cette échauguette en encorbellement que l'on peut voir au-delà du choeur de l'église est une des dernières traces des légères fortifications qui protégeaient l'ancien château.

 

Ce portail, isolé avec son inutilité actuelle, est lui aussi une des dernières marques visible du château attibué à Henri II d'Albret-Miossens et qui fut érigé dans la première partie du XVIIème siècle.

                 

 

Ces stèles discoïdales sont étonnantes .

En effet, même s’il est reconnu que ces monuments funéraires se rencontrent sur l’ensemble des régions pyrénéennes, les stèles discoïdales sont avant tout une caractéristique basque, voire un des symboles de cette région, et elles sont très rare dans le Béarn.

On remarque également des inscriptions dans leur partie supérieure mais l’usure ne permet plus de les déchiffrer.

Ces stèles discoïdales ont sans doute une histoire qui échappe malheureusement aux curieux du XXIe siècle. Elles témoignent cependant de la perméabilité des cultures basques et béarnaises.

     Retour vers la page de séléction          -Promenades-